couv-la-chose

La chose qui donne à penser

Essai, L’Arche Éditeur, mars 2013

La philosophie n’est pas une manière compliquée de dire des choses simples. Cet essai prouve qu’elle peut être une manière simple d’aborder des problèmes dont la profondeur nous est souvent cachée par la routine, les préjugés sociaux, la fausse érudition. En se passant de toute référence, l’auteur explore, dans un texte à mi-chemin entre l’essai et l’autobiographie, quelques sujets iconoclastes et transversaux qui donnent à penser.




De quoi la médecine est-elle malade ?

Tribune de Genève, 5 novembre 2018

Jamais la médecine n’a été aussi efficace, et jamais elle n’a été aussi décriée. Comment expliquer ce paradoxe ? Elle est à la fois trop efficace pour être parfaite, trop généralisée pour être infaillible, et trop importante pour être débattue.




Peut-on “mesurer” la santé ?

Figaro Vox, 11 octobre 2018

Les dispositifs connectés et le Big Data nous donnent la possibilité de connaître, de prévoir, de mesurer les pathologies. C’est une avancée incontestable. Mais cette mesure doit être considérée dans toutes ses dimensions, de mesure du réel (le mètre), mais aussi de mesure politique (la décision), et de mesure morale (la modération).




Nous ne parlerons jamais avec les robots

Usbek & Rica, 29 août 2018

Les progrès de l’intelligence artificielle permettent désormais d’avoir des interactions poussées avec les robots. Mais quelle est la nature de ce dialogue ? Pour la clarifier, il faut dépasser la confusion faite entre « signification » et « sens », qui nous pousse à surinterpréter la valeur de nos échanges avec les IA.




Migrants : le retour du politique

Le Journal du dimanche, 19 août 2018

Les migrants renvoient nos pays européens au principe fondateur de leur union, et donc à leur identité : sommes-nous des hypocrites prétextant les droits de l’homme pour nos intérêts ? Des idéalistes irresponsables ? des Chrétiens en devenir ? des badauds qui se trouvent là parce qu’il fait chaud et s’en vont dès qu’il fait froid ? Question difficile à résoudre parce qu’elle n’est plus de gestion (la politique), mais de vision (le politique).




La virilité est-elle indésirable ?

Le nouveau magazine littéraire, juillet 2018

“Qu’est-ce qu’un homme ?” La question qui, pour Kant, résumait à elle seule toute la philosophie prend, à l’heure de #metoo, un sens radicalement différent. Ce n’est plus : en quoi consiste l’humanité ? mais en quoi consiste la masculinité ? Or cette question pose deux pièges successifs, celui du particularisme (l’humanité divisée) et celui du moralisme (l’humanité travestie). Peut-on les surmonter d’un seul saut ?




L’échec est-il une maladie ?

Santé mentale, juillet 2018

L’échec n’est pas seulement un accident regrettable, il peut être aussi un événement soutenu, approfondi, voire intentionnellement provoqué. Mais pourquoi se mettre soi-même en échec ? La conduite d’échec serait-elle une conduite masochiste réussie ? Mais surtout : si cette conduite consiste à se rendre malade, comment peut-elle être soignée?




Interdire le portable à l’école ? Vital et impossible.

Le journal du dimanche, 3 juin 2018

Le téléphone portable interdit, non pas de penser par soi-même, mais de se concentrer sur l’effort d’apprendre, qui exige de se détourner des images et des excitations faciles. C’est pourquoi l’école doit écarter le portable. Est-ce possible ?




Les réseaux sociaux nous rendent-ils asociaux ?

Challenges, mai 2018

Les réseaux sociaux abordent les problèmes sociaux en les radicalisant. Aussi  transforment-ils les débats en crises, et les crises en catastrophes.




Peut-on défendre l’industrie pharmaceutique ?

Santé Publique, janvier-février 2018

Alors même qu’elle a pour but de soigner, l’industrie pharmaceutique est plus déconsidérée encore que les cigarettiers ou l’industrie automobile. Pourquoi cette image détestable auprès de l’opinion publique ?




La médecine connectée : performance ou culpabilisation ?

Figaro Vox, 8 janvier 2018

Le médicament connecté paraît résoudre tous les problèmes de la médecine : celui de la santé et celui de l’économie. Mais c’est au prix d’un contrôle de la vie, voire d’une aggravation de la maladie.




Le jeûne : l’exercice spirituel par excellence.

Billet du 6 novembre 2017

Cet été, j’ai arrêté de manger. Entièrement. Pendant sept jours. Si l’expérience est assurément difficile, elle ne l’est pas pour la raison qu’on croit.




Transhumanisme, à côté du bonheur.

Libération, 31 octobre 2017.

Le transhumanisme nous promet un humain augmenté. Mais a-t-on jamais inventé une antibombe ? Si l’augmentation n’est que celle de notre pouvoir, elle sera pernicieuse. En confondant la quantité avec la qualité, le transhumanisme ne fait que reconduire l’imposture matérialiste, pas moins dangereuse que le fanatisme religieux qui en est l’envers.




Quelle justice sur les réseaux sociaux ?

Les cahiers de la justice, septembre 2017.

Sur les réseaux sociaux, la justice est dans une situation inverse à la médecine : tandis que celle-ci s’y éloigne trop du patient, celle-là s’y rapproche trop du justiciable. La justice doit redéfinir sa place dans une société à la fois plus versatile et plus exigeante.




La santé est-elle négociable ?

Revue Droit & Santé, septembre 2017.

La morale nous commande de sauver notre prochain à tout prix. Mais les réalités du monde de la santé interdisent de tout donner à un individu, puisque ce serait au détriment de tous les autres. Peut-on concilier ces deux façons de penser, morale et utilitariste, pourtant contraires dans leur principe ?




La panique morale du vélo

La Tribune de Genève, 22 août 2017.

Le vélo est un objet clivant car il remet en question les grands principes de nos sociétés industrielles : mobilité dangereuse, croissance productiviste, statut social, progrès technologiques, et même propriété privée.




Faut-il vulgariser la philosophie ?

Journal du Dimanche, 11 juin 2017.

La philosophie doit-elle nous dominer du haut de son piédestal au risque de l’ennui, ou être saisie ici et maintenant au risque du scandale ? Préfère-t-on une figure pétrifiée sous les cendres, ou de la pensée risquée ?




Prêcher la mauvaise parole

Les Cahiers pédagogiques, juin 2017.

On parle toujours tout seul. Pour enseigner, débattre, intéresser, il faut susciter la parole de l’autre, quelle qu’elle soit, parce qu’elle contient toujours quelque chose de juste : ce point intérieur et solide d’où l’autre part pour penser, et qui est le seul point d’épreuve de la pensée, aux deux sens d’éprouver et de tester.




L’avocat est-il robotisable ?

Dalloz Avocats, mai 2017.

Les avocats vont-ils être ubérisés ? C’est ce que pourrait laisser penser l’invasion des bases de données, de l’intelligence artificielle, des plateformes personnalisées dans une vie professionnelle où des macrosystèmes sophistiqués tendent à penser à notre place. Mais l’avocat n’a-t-il pas un rôle qui dépasse la simple compilation de cas, le calcul d’intérêt, la définition d’une probabilité de gain ? N’a-t-il pas vocation à faire émerger de l’écheveau des cas particuliers, en dialogue avec les parties prenantes, le principe même de la justice ?




Comment je me suis évadé de mon téléphone portable.

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 6 février 2017

Le portable est un objet total, parce qu’il donne accès à tous les objets. Impossible de le modérer. De fait, nous en sommes tous dépendants. Faut-il donc y renoncer absolument ? N’y a-t-il aucune alternative entre une vie amoindrie et une vie amputée ?




Le bien est-il le plus grand mal ?

Billet du 2 janvier 2017

Le bien est-il le plus grand mal ? Selon Boris Cyrulnik et Tzvetan Todorov (1), c’est toujours une certaine conception du bien qui, pour punir les hérétiques ou s’imposer aux réfractaires, a justifié les persécutions, les guerres, les génocides. Mais qui fait le mal pour le mal ? Où a-t-on vu quelqu’un infliger une souffrance totalement gratuite à un autre — hormis dans les romans ? Le mal aurait moins de réalité que le bien dont la fascination conduirait aux pires conséquences.




Les réseaux sociaux sont-ils immoraux ?

Billet du 7 novembre 2016

Les réseaux sociaux sont le moyen de transport des âmes. Ce que le train et l’avion ont fait pour les territoires, Facebook et Twitter le font pour les individus. De même que pour Montesquieu le commerce devait rapprocher les différents pays, les réseaux sociaux contribueraient à l’harmonie mondiale en créant des liens d’intérêt et d’intelligence entre tout un chacun. Est-ce vraiment le cas ?




La voiture est-elle de droite ?

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 5 octobre 2016

La voiture n’est-elle qu’un outil technologique comme un autre, ou reflète-t-elle une vision du monde, et laquelle ? On peut constater, autant dans les valeurs que dans les prises de position, que la voiture est plutôt de droite, tandis que marche, vélo, transport en commun, plutôt de gauche.




Est-on responsable de son addiction ?

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 14 septembre 2016

On pourrait croire à un progrès : les drogués ne sont plus persécutés ni blâmés, mais soignés. L’addiction n’est plus un vice mais un symptôme involontaire. Or la réalité semble contredire cette conception victimaire : la drogue est non seulement choisie dans son origine et sa consommation courante, mais valorisée, sacralisée. Pour renoncer à la drogue, il ne faut pas soigner un mal, mais renoncer à un bien. C’est plus dur.




Peut-on enseigner la philosophie ?

Le Monde du 8 septembre 2016.

Peut-on enseigner la philosophie, alors que tout enseignement transmet quelque chose, et que la philosophie consiste à penser à partir de rien ?




Pourquoi certains motards font tant de bruit ?

Billet du 24 août 2016

Au-delà des accusations des uns et des justifications des autres, ce qui m’a toujours étonné, c’est la capacité des motards à être insensibles à l’exaspération universelle qu’ils génèrent. Comment peuvent-ils produire consciemment et délibérément un bruit qui insupporte des milliers de gens autour d’eux ? Deux réponses possibles : ce n’est pas conscient, ou ce n’est pas délibéré.




Qu’est-ce qu’une femme ?

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 5 août 2016

La femme est-elle un homme comme les autres, comme le voudrait le slogan “La moitié des hommes sont des femmes” ? Ou bien y a-t-il une spécificité féminine, et laquelle ? La question de la féminité est polémique, car écartelée par l’alternative entre une identité totale et une différence irréconciliable. Qu’en est-il ?




Le Brexit n’existe pas

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 27 juin 2016

L’Angleterre sort de l’Europe, mais l’Europe n’existe pas : elle n’est qu’une bureaucratie peu différente des autres organisations internationales. C’est surtout l’occasion de se questionner sur la forme de l’État-nation, de moins en moins adapté aux défis contemporains.




Photo_FINAL

Cartonner en philosophie

Le Monde du 14 juin 2016.

Le problème majeur des élèves face à la philosophie, c’est l’enseignement de la philosophie lui-même, qui s’attache davantage à compliquer les choses qu’à les simplifier. Comment dépasser cette entrave paradoxale ? En revenant à ce qu’est la philosophie : la résolution simple de problèmes simples.




Doit-on aimer la police ?

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 25 mai 2016

La police est caillassée parce qu’elle serait abusive, corruptrice, injuste. Mais c’est oublier que sans ordre social, aucune délibération sur ce qu’est la justice n’est possible. Seulement de quelle justice parle-t-on ? « de celle qui veut accorder à chacun ce qui lui appartient, ou de celle qui veut donner la même chose à tous ? »




Faut-il gifler les enfants ?

Billet publié dans Le Plus de L’Obs le 6 mai 2016

La gifle a été discréditée. L’enfant serait un être bon, intelligent, capable de comprendre et d’agir en respectant des consignes claires. La gifle serait la persistance de réflexes animaux voire barbares. Mais l’enfant, n’est-il pas parfois, comme une grande personne, à la recherche de limites que les mots ne suffisent pas à maintenir ?




Interdire la censure ?

Billet du 20 avril 2016

Pourquoi censurer l’amour des amants, et pas le meurtre du prochain ? Pourquoi interdire Love de Gaspard Noé (-18) pour quelque scènes affectueuses de sexe, et classer “tout public” James Bond qui a tué 350 personnes depuis le début de sa carrière ? Pourquoi, autrement dit, interdire de voir ce qui est bon, et ne pas interdire ce qui est mauvais ?




La mode est-elle fondamentaliste ?

Le Monde du 5 avril 2016.

Le voile signifie-t-il l’oppression des femmes ? Qui sommes-nous pour juger ? Avons-nous vraiment fait mieux pendant des millénaires ? Et qu’y a-t-il d’immoral dans un habit consenti ? Faudrait-il également interdire les kippas ? les drapeaux gays ? les cornettes ?




L’intelligence est-elle artificielle ?

Billet du 30 mars 2016.

L’intelligence artificielle est l’objet d’espoirs et de craintes. D’un côté, elle promet de surpasser l’être humain, de l’autre elle nous menace d’une bêtise sans fond. Au centre de ce paradoxe, la définition problématique de l’intelligence elle-même.




Livre_TAPOL_FINAL_FONAL

 

Ce que le corps nous apprend.

Préface à l’ouvrage de Jacques Tapol, 23 mars 2016.

Les arts martiaux sont une école de vie. Dépassement de soi, humilité, sagesse du corps, loyauté profonde à soi et à l’autre, puissance de l’esprit. Préface à l’ouvrage de Jacques Tapol, Champion du monde de karaté mi-lourd, qui livre, avec la sagacité du combattant, l’histoire de son parcours et les leçons de son expérience. Ou comment vaincre les obstacles, les défaites, le corps même, par la force de l’esprit.




Le viol est-il une culture ?

Billet du 23 mars 2016.

La bascule du nouvel an s’est faite dans la souffrance à Cologne. Des centaines de femmes ont été agressées, voire violées. Souffrance massive qui a provoqué une indignation unanime. Mais cette indignation a souvent pris une forme presque aussi indigne que ce qu’elle dénonçait, à savoir le rejet des migrants et de la “culture” qui aurait permis ces violences éhontées. Or la brutalité n’est pas une culture, c’est l’absence de culture.




Faut-il noter les gens ?

Billet du 6 janvier 2016

Tout le monde note tout le monde. L’école note ses élèves, l’entreprise ses employés, la société ses citoyens, la bourse les économies nationales, les internautes ce qui se vend. C’est que notre rapport au monde est instrumental : nous l’utilisons pour satisfaire nos besoins et l’évaluons constamment dans ses réponses à nos appétits. Au nom de quoi, donc, cesser de noter les gens, et en particulier les jeunes ?




Faut-il faire la guerre au plaisir ?

Billet du 23 décembre 2016

Question absurde, à laquelle il faut répondre deux fois non : il ne faut pas faire la guerre, et surtout pas au plaisir. Car la guerre est mauvaise et le plaisir est bon. Certes, l’une n’est pas toujours mauvaise — il y a des guerres justes — tandis que l’autre n’est pas toujours bon — il y a des plaisirs nocifs —, mais les guerres ne sont justes que quand elles veulent rétablir la paix et les plaisirs nocifs qu’en tant qu’ils finissent par faire souffrir. Pourquoi donc faire le mal à ce qui nous fait du bien ?




Le martyre donne-t-il un sens à la vie ?

Billet du 16 décembre 2016

Au lendemain du 11 septembre 2001, certains affirmèrent que la raison d’agir des terroristes devait être considérée, sinon respectée, puisqu’ils avaient sacrifié leur vie pour elle. Que mourir pour une cause témoignait, peu ou prou, en faveur de cette cause.

Si l’affirmation paraît scandaleuse, tant le terrorisme est odieux, elle pose le problème du sens de la vie, sens qui poussent les uns à la sacrifier, et les autres à le perdre en survivant.




La religion n’existe pas

Billet du 18 novembre 2016

En ces temps d’accablement et d’inquiétude, affirmer que la religion n’existe pas est paradoxal, voire inutilement polémique. Qu’entend-on par religion ? sinon la réunion de trois éléments hétérogènes qui ne s’unissent que dans l’esprit de ceux qui la dénoncent ? Le dogme, la croyance et l’allégeance. En quoi forment-ils un tout problématique ?




L’article sur l’article

Article du Canard Enchaîné du 13 novembre 2016

Mon article au Canard.




La voiture autonome doit-elle se suicider ?

Libération, 6 novembre 2015

Une voiture intelligente devra-t-elle foncer dans le mure et tuer son passager, ou faucher un groupe de cinq piétons sur la voie ? Les progrès technologiques, en rendant les machines de plus en plus indépendantes vis-à-vis de l’intelligence humaine, vont nous contraindre à inscrire des principes moraux dans leurs programmes. Mais lesquels ?




Faut-il jeter l’humanité à la poubelle ?

Billet du 4 novembre 2015.

Le transhumanisme est à la mode. En ces temps de pessimisme général et de crispations, voire de catastrophisme, c’est un espoir qui semble bienvenu : la technologie pourrait améliorer notre corps, notre intelligence, notre planète, bref, le destin de la vie sur Terre. Seulement ce rêve est fondé sur deux erreurs.




Peut-on bien mourir ?

Billet, 21 octobre 2015

La question de l’euthanasie est douloureuse. Enfin, surtout pour celles et ceux qui meurent. Car euthanasie veut dire, littéralement, bonne (eu) mort (thanatos) en grec. Bonne mort contre mauvaise vie, ou mauvaise fin de vie de souffrances, d’étouffements, de honte d’un corps avili. Et pourtant, pourquoi l’euthanasie semble-t-elle plus douloureuse pour les vivants que pour les malades ?




Peut-on sauver le monde ?

Billet du 10 octobre 2015

Un individu peut-il sauver le monde ? On pourrait en effet penser c’est d’en bas que devrait venir le changement, d’une société civile soucieuse de la nature éternelle, et non d’un gouvernement attaché aux puissances temporelles, de personnes proches des animaux, et non de l’industrie qui en fait commerce, bref de moi qui vit et qui aime, et non de l’État qui fait ce qui doit être fait afin que je sois assez tranquille pour me soucier de la nature. Mais la proposition résonne fort comme un projet ingénu de réforme de soi, de pénitence, voire de rachat des péchés.




couverture

Emprisonner la folie ?

Santé Mentale, Juin 2015.

Doit-on laisser les fous en liberté, ou faut-il les enfermer pour protéger les populations ? Mais les “fous” sont-ils vraiment dangereux ? Et surtout : la privation de liberté ne serait-elle pas, sinon une cause, du moins un facteur aggravant de leur pathologie ? Il s’agira ainsi de définir la liberté, moins comme une simple capacité physique de déplacement, que par le choix global d’un projet de vie, multidimensionnel, n’excluant pas la contrainte.




Numériser 3

Charlie : es-tu universel ? (titre original)

Qui est vraiment Charlie ?, ouvrage collectif, janvier 2015.

Les attentats de janvier 2015 ont déclenché une réaction qui ressemble à celle des terroristes eux-mêmes : un rejet absolu de l’autre, renvoyé dans un cas au blasphème, dans l’autre à l’archaïsme religieux. En réalité, la violence innommable des attentats peut être lue comme la réponse à une violence antérieure de l’Occident face à une population arabe humiliée, « chez elle » au Moyen-Orient aussi bien que « chez nous » en Occident.




respadd_1

Une ou des addictions ?

Lettre du Respadd, janvier 2015

Drogue et travail sont deux formes d’une même quête de sens, de reconnaissance sociale et d’accomplissement de soi. Leur rapprochement pose la question de la normalité et du sens, de l’image sociale de l’individu et de sa capacité à se choisir, c’est-à-dire de sa place dans la société et de sa liberté dans le monde.




L’autre est-il fou ?

Santé Mentale, décembre 2013

Qui est l’autre ? L’autre, c’est autrui. Mais qu’est-ce qui le rend autre ? De l’étranger au proche, du rival à l’allié, l’approche philosophique permet d’explorer le concept et de définir les contours de l’autre.




bientraitance-management

Peut-on être un bon boss ?

Soins Cadres, Août 2012.

Le management bientraitant, progrès ou paradoxe ? L’application du concept de bientraitance au management est problématique car elle rapproche deux termes antinomiques : l’intérêt et la morale. Les problèmes psychosociaux, et plus largement, la souffrance au travail, signalent pourtant une déficience du monde professionnel dont les principes rationnels seuls ne peuvent venir à bout. Il paraît ainsi nécessaire d’importer la bientraitance dans le management des organisations, ce qui ne va pas sans risques.


Guillaume von der WeidPublications

Laisser un commentaire